MediasPhotos cviconCV MediasCie MediasMedias

Ajouter un message dans le livre d'or

Pour éviter le spam, j'ai changé de système pour le livre d'or. Votre message sera publié au plus vite, mais plus automatiquement. Merci!

Prénom et nom(*)
Please type your full name.

E-mail(*)
Invalid email address.

Votre message
Invalid Input

Anti-spam(*)
Anti-spam
Invalid Input

Message de Michel Sirvin

Pascale, une femme annuaire.

Rien ne vaut un titre mystérieux pour susciter la curiosité et je ne résiste pas au plaisir d'écrire cette micro nouvelle. Je pourrai sans retenu ajouter mon mail de compliments à la liste déjà longue mais son objet est un peu différent.

Contrairement au week-end précédent où mon Rouergue natal baignait dans un été indien, il neigeait en ce samedi 21 Novembre 2015 et l'image qui apparaissait sur mon écran d'ordinateur était en accord avec la pelouse qui blanchissait.

En effet, je regardais le premier épisode de La Dictée et une femme et un enfant ployaient sous les bourrasques de neige. 

Pourquoi la dictée ? En ce jour, le cheminement suivant avait dû se faire dans mon subconscient : neige, Aubrac, ski de fond, Laguiole, Le Cayrol, La Dictée, Pascale Rocard.

Je me souviendrai toujours de ce soir de 1984 chez mes parents. J'étais venu passer une semaine dans l'Aveyron, m'échappant ainsi de Paris où j'avais été muté. Ce soir là, TF1 diffusait de 6ième et dernier épisode de La Dictée, feuilleton dont je n'avais jamais entendu parler, la vie parisienne permettant de nombreuses distractions autres que télévisuelles.

Assis dans un fauteuil, tout en lisant la presse locale, je regardai de temps en temps les nouveaux personnages qui apparaissaient à chaque changement de voix. J'entendis la voix de Pascale et mes yeux se levèrent. …........Comment dire ?..... D'abord que dire ?..... Waouh !! …... Ça existe donc ! …,.....(c'est fou la capacité qu'on a à perdre son vocabulaire en pareille circonstance  ! Non Monsieur Boileau, il est des cas où ce qui se conçoit bien s'énonce difficilement et les mots pour le dire viennent en bégayant.)

Voilà, rien que ça : inutile de chercher les mots, ils n'existent pas. Mes yeux ne décollèrent plus de l'écran.

Le tourbillon de la vie et ses nombreux centres d'intérêts me firent perdre de vue Pascale mais jamais oublié l'émotion de ce soir de 1984.

Trente et un an après, j'ai donc visionné pour la première fois les 5 premiers épisodes et revu le 6ième de ce feuilleton (splendide, entre nous).

Dans mon vieux souvenir, la 2CV était jaune (elle est verte en réalité, c'est un pull de Pascale qui est jaune).

Mais enfin, pourquoi Pascale une femme annuaire me direz-vous ? 

J'aurai pu dire solaire, c'était plus romantique mais moins intrigant. Il émane de certaine personne quelque chose de mystérieux et d'indéfinissable qui trouve en nous un écho, une correspondance très intime et personnelle qui nous encline naturellement à les voir avec le cœur bien plus qu'avec les yeux.

Car des femmes belles, très belles, il y a en a plein le cinéma, la télévision, Internet,.. On en croise même parfois. Mais des femmes qui sont bien plus que cela, des femmes que l'on pourrait regarder réciter l'annuaire pendant deux heures, avouez que c'est rarissime ! En presque 57 ans de vie sur cette planète si j'en ai croisées une dizaine, c'est bien le bout du Monde.

Voilà, Pascale pour moi, spécialement dans La Dictée, spécialement dans le sixième épisode (et aussi le troisième, le quatrième, le cinquième), c'est ….... ben non, il n'y a pas de mot.

Merci Pascale et belle et longue vie à vous.

Puisse votre modestie ne pas empêcher la parution de ce mail. 

 

Michel.