MediasPhotos cviconCV MediasCie MediasMedias

Actrice: théâtre

1975 Les débuts au Théâtre

J'ai 13 ans quand je découvre une pièce de Samuel Beckett " En attendant Godot" montée par Thierry Destrez. Un choc émotionnel: la découverte du théâtre et au travers de cette pièce le sens de la Mort! Je décide de devenir comédienne pour mieux comprendre la Vie et son impermanence!

Je m'inscris au conservatoire de théâtre de Louveciennes en banlieue parisienne avec comme professeur Thierry Destrez: Un vrai bonheur s'ouvre à moi: le monde des émotions, l'univers des décors et des costumes pour vivre une vie réinventée par la magie de textes magnifiques à partager avec une troupe!

Je suis à l'époque une des plus jeunes, mais cette passion adolescente va s'inscrire dans mes cellules, dans mon cœur et mon corps et perdure aujourd'hui encore avec la même passion. 

img

À 16 ans, j'écris "Colin et Archibald" 2 personnages d'hommes en quête de sens, du rires aux larmes comme le sont les clowns!

Je mets en scène le spectacle et joue avec mon amie Stéphanie Seihlean. Nous gagnerons un prix d'interprétation et de création au théâtre de Montpansier à Versailles. 1° distinction qui me donne force et obstination pour continuer sur le chemin du spectacle.

1977, je joue avec ma troupe à Louveciennes au théâtre des Arches sous les fortification de Vauban, magnifique lieu."
Quelques années de bonheur: Sur la photo en répétition de la pièce du "Vent dans les branches du Sassafras" de René de Obaldia: Gérard Laboureur, Stéphanie Seilhean, Arianne Bozon,Vincent Labussière,Pascale Rocard, Pierre Chauvet. Didier Ritter.
Je rends hommage à Thierry Destrez mon professeur de théâtre, décédé en 2009.

img


img

Très beau rôle de Paméla, à la troisième représentation,  et après ma grande scène de colère, je courrus trop vite et je passais au travers d'une porte fenêtes vitrée !! J ai raté la marche en courant trop vite de la scène à la sortie ! J'ai toujours pris tout trop à coeur. Au final 37 points de sutures  !! je suis arrivée à la clinique et j'ai sorti mes revolvers de jeu ( c' était un western) et j'ai dit au chirurgien de garde : "Tu as intérêt à bien me recoudre autrement je te flingue !! " Pour un interne de garde un dimanche, qui rêvait de faire de la chirurgie esthétique, il ne m'a pas raté. 

Dans ce métier , il faut avoir de la chance si on est trop impulsive.

 

img

   Ma première fois dans un vrai théâtre, le Montansier avec mon école, on joue un "courteline"